Ce n’est pas un hasard qu’Anvers est appelée Koekenstad, la ville des biscuits. Quand on arrivait à Anvers par la gare centrale, l’odeur de la cuisson des biscuits de Beukelaer faisait déjà vibrer les narines.  A la gare du Sud, se trouvait Parein et au Dam cela sentait le chocolat Meurisse, le fabricant des petites barres Perette. Il existe toujours de petits chocolatiers artisanaux, mais dans le temps il y avait également de grandes usines de chocolat comme Meurisse ou Martougin. Pratiquement toutes les usines de chocolat ont été rachetées par des grands groupes internationaux, ce qui entraina souvent la disparition de la marque.

Dommage mais depuis quelques années on a trouvé la solution. Perette est réapparu sur le marché. Le dernier ingénieur de production avait gardé un double de la recette dans son archive privée et transmis avant sa mort à Piet De Lombaerde, le chef de projet de “Antwerpen Koekenstad” et de “la Semaine de la Patisserie”.

En 2019 deux barres de chocolat seront recréées: Bloc et Minerva, toutes deux de Martougin, mieux encore, elles seront fabriquées dans le usines Cargill d’Anvers. Il s’agit d’un ancien cloitre, situé avenue de Belgique, qui été transformé en sucrerie en 1880 et en 1924 en usine de chocolat. En 1929 Nestlé démarra la production de pralines (bombons au chocolat) et de barres, en 1980 on démarra le chocolat industriel en en 2003 Nestle a vendu le tout à Cargill.
Pas moins de 36.000 tonnes par an de chocolat sont fabriqués ici. Les clients sont entre autres Ferrero, Danone et les glaces Magnum.